Royal Football Club de Huy : site officiel du club de foot de Huy - footeo

[Chronique] D3 - R.F.C. Huy – La Calamine : 2-1

10 septembre 2018 - 14:56

R.F.C. HUY – LA CALAMINE : 2-1

Comme la plupart des clubs de football amateurs, dont le nôtre, en mal de ressources financières et autres, notre invité du samedi vient de prendre un nouveau visage.

Après la démission sans appel de son emblématique Président, Egide Sébastien, le bâilleur de fonds depuis longtemps attitré, La Calamine a dû, par la force des choses sans doute, modifier fondamentalement sa structure.

Faisant table rase du passé, le noyau de base fut constitué de 19 jeunes éléments locaux entourés de quelques  garçons aguerris tels Mehdi Lomma, Axel Lafuta et surtout Alex Digregorio (Tongres, absent ce soir) qui devait constituer la clé de voûte du système. Cette nouvelle mouture débuta  timidement son championnat de D3 par une défaite à Richelle lors de la première rencontre (2-0) puis par un match nul concédé à domicile face à Mormont (1-1).

Ce samedi  à 20 heures, quel spectacle les 2 équipes ressourcées allaient-elles nous offrir ici au stade de la Croix Rouge ?

Disons-le d’emblée, le suspens fut prolongé jusqu’à la 94e minute sans le moindre temps mort. Comme c’est souvent le cas quand il s’agit de 2 équipes, nouvelle formule, qui se chercheront encore quelque temps, le football développé ne fut pas toujours  des plus chatoyants, mais de part et d’autre, l’engagement  physique, lui, fut total.

Après la rencontre, à la buvette, nos plus fidèles supporters ne cachaient pas leur joie induite par un succès mérité  chèrement acquis. Oui, chèrement acquis, car nonobstant une domination territoriale hutoise quasi constante tout au long de la rencontre, il fallut attendre la 78e minute pour que la victoire se dessine enfin  (alors que l’adversaire ne s’avoua jamais vaincu).

Bien sûr, vous avez lu les péripéties de cette âpre rencontre dans votre presse quotidienne, mais rappelons quand même que le repos survint sur le score de 0-1 contre le cours du jeu. En effet, durant cette période, alors que nos visiteurs n’avaient  pu prononcer que l’une ou l’autre action séduisante, mais dont l’une fut ponctuée par un but, les échauffourées s’étaient multipliées dans le  rectangle adverse  sans le moindre résultat. Après le repos, les échanges se résumèrent surtout à un duel constant entre l’attaque locale et le bastion défensif visiteur pour se terminer finalement comme vous le savez à notre avantage.

 

PETITE PARENTHÈSE AFFECTIVE

Depuis des décades maintenant, notre R.F.C. Huy développe une ECOLE DE JEUNES labellisée. D’année en année, le mercredi après-midi (surtout), sur les nombreux terrains aménagés au site Legrand, une ruche humaine de bambins et d’adolescents  s’égaillent  joyeusement sous la férule d’entraîneurs et de bénévoles inlassablement  dévoués C’est que depuis bien longtemps déjà, nos dirigeants  assument une mission sociale et sportive fondamentale pour plus de 300 jeunes de HUY et de sa RÉGION. Se rend-on toujours  bien compte de l’importance de la tâche qui incombe à des gens qui ne sont pas défrayés  pour  une telle mission ?

Au  sujet de cette ECOLE DE JEUNES et de la JEUNESSE en général, une orientation que l’on peut qualifier de « nouvelle et indispensable » est aujourd’hui poursuivie par le Président Christian Mathot (tout particulièrement) et ses collaborateurs. En effet, il(s) veu(len)t non seulement continuer le rôle social envisagé depuis belle lurette par  cette ECOLE, mais aussi et bien davantage encore accentuer son impact sur l’introduction d’éléments qui en sont issus en équipe première (ainsi que de quelques garçons prometteurs venus d’ailleurs). C’est donc  la raison pour laquelle ce samedi, on supportait notamment sur le terrain : Graniji Ercan (18), Memeti Shanasi (21), BartholomeRobin (20), Khelil Mohamed (21), Mavula Nzola Moïse (19).

Et ne perdons pas de vue  que viennent d’émigrer de chez nous vers des prés (sans doute momentanément plus verts), F. Gendebien et B Cavillot, eux aussi, issus de notre ECOLE DE JEUNES.

Voilà donc une belle ouverture vers cette belle JEUNESSE qui est la nôtre. Sans oublier que derrière elle, pour la soutenir, gravite sans faillir tout un groupe de MOINS JEUNES, INDISPENSABLES et COOPÉRATIFS qui constituent les fonts baptismaux de l’édifice qui sans eux, s’écroulerait irrémédiablement.

Symbole d’ouverture à la JEUNESSE, la présentation samedi dernier avant le match par leur coach et éducateur, Jean-Marie Danthinne des très mignons U6.

 

POINT DE  VUE

Lors de la visite de notre équipe première à Oppagne, un journaliste, sûrement pas bien méchant, a cru utile et intéressant de coter chacune des prestations des 26 joueurs ayant participé à la rencontre.

Il s’agissait bien d’un résultat chiffré et donc mathématique. Or, la mathématique est une science pure (nous a-t-on toujours enseigné); elle n’est surtout pas approximative.

Donc, apparier son propre jugement à une appréciation «  mathématique », n’est-ce pas considérer qu’il est lui aussi,  son propre jugement, absolument infaillible ? (J’ai même lu des  «5 ,5/10).

Juger la prestation d’un joueur de foot, n’est-ce pas  particulièrement aléatoire ? L’avis de l’un sera-t-il  « mathématiquement » celui de l’autre ? Poser la question, c’est bien sûr y répondre.

Mais juger concomitamment 26 personnes, alors là, chapeau ! ‘Faut l’faire !

Qu’un entraîneur de foot juge, lorsqu’il les a devant lui, à l’entraînement, dans les vestiaires, les prestations de ses joueurs, d’accord ! C’est son job ! Job ! Job ! Et s’il est suffisamment psychologue, il le fera invariablement dans le but de construire, jamais de détruire. (Lorsque vous jouiez dans une équipe d’âge, un entraîneur vous a-t-il  un jour  demandé comme à moi après la rencontre : « Tu jouais, toi ? Et c’était mon premier match».

Quand un chroniqueur occasionnel du weekend juge gentiment la prestation de toute son équipe après la rencontre du weekend, c’est sans doute logique aussi. Pour autant qu’il le fasse, lui, en soulignant que c’est seulement son  propre point de vue.

Mais qu’un « modeste » journaliste tienne 26 joueurs à la pointe de son bazooka et de sa plume après une rencontre de D3 amateurs, c’est jeter (à mon point de vue, vous voyez bien) la pauvre Bobonne, là où elle n’aimerait pas d’aller.

Pour parler plus sérieusement, restons bien les 2 pieds sur terre. Ce qui est excessif est insignifiant.

Commentaires